Eating with the monk

Eating with the monk

21 décembre 2018 9 Par nospetitschemins

On peut dire qu’on a eu un gros coup de coeur pour la Birmanie, dès notre arrivée ! Quel joli pays ! Et surtout, quels magnifiques sourires ! Tout le monde sourit ici et on sent des gens heureux de s’ouvrir aux autres.

… et nous avons eu la réponse aux questions que l’on se posait avant d’arriver à propos des moines : sont-ils visibles dans les rues, sont-ils accessibles, sont-ils connectés, sont-ils tenus au silence ?…

Très vite, nous avons vu des moines dans les rues de Mandalay : ils parcourent à pied les rues, souvent à plusieurs mais parfois seuls ou par deux. Ils tiennent souvent un récipient pour recueillir les offrandes: de l’argent, des fruits, du riz, … Et surtout tout le monde donne. Les moines s’arrêtent devant chaque petit commerce, et c’est parti, un petit billet, deux oranges, trois poignées de riz.

Ce qui nous a peut-être le plus étonné, c’est de les voir aussi nombreux, souriants, faisant totalement partie de la vie citadine (on peut en voir à vélo, dans les transports en commun, avec leur smartphone, dans les bars, non quand même pas).

Ah Ah! Non, dans les bars on n’y va pas !
Surtout freiner tranquillou

D’ailleurs c’est un moine qui est venu vers nous en premier, en demandant une photo avec Tim et Lei 🙂 

Lors d’une promenade dans un marché, nous nous sommes arrêtés dans un temple, intrigués par les très jolies tenues roses des nonnes que l’on croise souvent dans les rues. Les hommes eux sont couleur rouge carmin ou orange.

Dans le temple où nous les avons suivies, nous avons eu une bien jolie surprise : une invitation à manger avec les nonnes !!

C’est là que nous avons fait la connaissance de Yin Yin Aye, une mère de famille venue ici pour faire du bénévolat. Elle a pu nous expliquer beaucoup de choses sur la vie des nonnes : on était étonné de voir des nonnes si jeunes, ce sont en fait généralement des orphelines. Elles deviennent nonnes et sont élevées par les autres nonnes, qui leur apprennent aussi à lire et à écrire. Elles n’iront pas à l’école.

carré VIP du temple

Leurs journées suivent le même rituel, chaque jour : elles se lèvent très tôt, déjeunent et méditent. Puis elles vont dans la rue demander des offrandes, en répètant parfois un petit chant. Tous les gens leur donnent quelque chose et Yin Yin Aye nous explique que les gens sont tristes pour elles car elles n’ont pas de famille, et ne choisissent pas ce qu’elles feront de leur vie. Alors ils donnent, c’est une “tradition” très importante pour eux. C’est aussi pour ça que Yin Yin Aye fait du bénévolat ici, au temple, elle a envie de les aider. 

Nous aussi on est sans voix
Oui, vous avez déjà vu ce visage quelque part
Normalement, elles ne doivent plus manger après le repas de midi, jusqu’au lendemain matin, mais certaines s’offrent quand même une petite glace 😉

On a été fasciné de découvrir leur vie au temple, de les voir si souriantes, et de partager leur repas. Et on s’est fait une nouvelle amie !

Lei, Yin Yin Aye et Elsa